Février, le mois sans alcool ou sans supermarché ?
6 février, 2021

Un mois sans quoi ?

Un mois sans supermarché et donc un mois de commerce de proximité, c’est le défi que nous propose la ceinture aliment-terre liégeoise en nous invitant à manger plus local et à privilégier les plus petits producteurs, ainsi que de favoriser la vente en vrac en limitant les emballages que les grandes surfaces utilisent en grande quantité. De plus, Liège a la chance de compter beaucoup de producteurs dans ses alentours, autant en profiter. Le premier confinement a fait naître un essor des petits commerçants mais la courbe tend de nouveau à diminuer. Alors continuons nos beaux efforts avec ce défi.

Pas le temps ?

On parle souvent de la contrainte du temps mais certains magasins, comme Georgette, vous proposent un panel de produits très large et vous permettent de faire toutes vos courses au même endroit. Chez Geogette, nous avons plus de 1700 références de produits et donc tout le nécessaire pour faire vos courses du quotidien mais aussi pour l'hygiène personnelle et le ménage. Le magasin, ayant une plus petite taille que les supermarchés, permet aussi de réduire les kilomètres de rayons à parcourir. Nos choix de produits sont réfléchis pour vous offrir la meilleure qualité, le moins de déchets et le plus local et éthique possible. Il n’existe donc pas 10 marques d’un même produit et donc pas de perte de temps à choisir. Nous l’avons déjà fait pour vous.

Pas l'argent ?

Le revenu peut être aussi un frein. Cependant, lorsque vous faites vos courses en supermarché, vous serez peut-être plus vite tentés d’acheter des produits transformés qui coûtent plus chers, génèrent plus de déchets, sont moins bons pour votre santé et qui n’existent que rarement en commerces de proximité. A coups de matraquage de publicité et de 1+1 gratuit, vous serez plus influencés à acheter des plus grosses quantités et des produits dont vous n’avez pas forcément besoin. Acheter en vrac est un atout pour moins gaspiller. Il a aussi été prouvé que les légumes génétiquement modifiés ou cultivés hors-sol perdent énormément de valeurs nutritives. Il faudrait manger une vingtaine de pommes conventionnelles pour atteindre les nutriments d’une variété ancienne. Il est donc beaucoup plus courant, à notre époque, de devoir se complémenter en vitamines et minéraux qui ne sont pas donnés. Ne serait-il pas plus logique de recommencer à manger des vrais fruits et de vrais légumes? Le fait de proposer des fruits et légumes locaux réduit aussi le prix du panier.  En effet, les légumes hors saison sont régulièrement produits sous serres chauffées ou proviennent de loin, l’énergie nécessaire est alors beaucoup plus importante et leurs prix se voient parfois doubler ou tripler.

Et si on buvait l'eau...du robinet ?

Caries, diabète, prise de poids, maladies,... Les maux du Soda ne sont plus à énumérer. Pourtant plusieurs études montrent que les sodas font partie d’une grande part du budget des boissons des ménages. L’eau du robinet a parfois mauvaise réputation pourtant son contrôle est très strict et elle est analysée plusieurs milliers de fois par an sur plus de 50 critères de qualité. Outre le prix (l’eau en bouteille coûte 36 à 200 fois plus cher que l’eau du robinet), l’eau minérale mal choisie par rapport à ses besoins peut provoquer des excès de minéraux. On ajoutera à cela que 90% de l’eau en bouteille est consommée dans des bouteilles en plastique qui laissent des microparticules dans l’eau que l’on va ensuite ingérer. Selon une étude de la SSIGE, l’impact écologique de l’eau en bouteille est 90 à 1000 fois supérieur à celui de l’eau du robinet. Si vous trouvez l’eau du robinet fade, ajoutez y un filet de citron ou quelques feuilles de menthe fraîche, laissez quelques heures au frigo et le tour est joué. Et surtout, n’oubliez pas votre gourde partout où vous allez :)

Alors prêt pour relever ce défi?

Rédaction: Camille

Publication: Chris

  • Sign in