Le zéro déchet, un art de vivre !
16 juin, 2021

Comment tout a commencé

Bien qu’il ait toujours existé, le “Zero Waste” est souvent associé à Béa Johnson qui publie un livre en 2013 en Californie sur son expérience familiale. Best-seller mondiale, il est traduit dans plus de 40 langues. Depuis, le mouvement du zéro déchet (ZD) a explosé, repris par des milliers de personnes qui désirent vivre plus simplement et de manière plus respectueuse de l’environnement. Le ZD contre le mode de vie actuel afin de consommer moins mais mieux et de façon plus responsable. 

Comprendre la pollution cachée

Le mouvement ZD lutte afin de limiter ses déchets au maximum jusqu’à ne plus en avoir du tout (idéalement). On pense souvent aux déchets des aliments en grande surface mais pas seulement. Il faut tout d’abord prendre conscience que presque tout ce que l’on achète (téléphone, fleur, nourriture,...) générera des déchets et de la pollution. Il est nécessaire de les identifier et d’essayer de les réduire au maximum. Certains produits ont un impact destructeur pour l’environnement déjà bien avant qu’il ne soit acheté, d'autres ne seront jamais recyclés (même si recyclables) mais brûlés et les méthodes de recyclage sont parfois très coûteuses en énergie. 

Le meilleur déchet, c'est celui qui n'existe pas

Aucun déchet n’est “bon” pour la planète, ils demandent tous de l'énergie pour être recyclés. Non, le papier n’est pas votre ami pour la vie ! En effet, il demande peu d’énergie pour se recycler s’il est jeté dans la bonne poubelle. Malheureusement, il n’est pas recyclable de manière infinie. La qualité du matériau diminue après chaque traitement, les fibres peuvent être réutilisées seulement 5 à 7 fois. Contrairement au papier/carton, le verre peut être recyclé de manière infinie mais il demande une quantité d’énergie beaucoup plus importante car il est fondu à des températures entre 1500 et 1600°. Ces solutions sont néanmoins un énorme gain d’énergie comparé à des déchets non recyclés. On comprend par contre aisément l'intérêt d’amener ses propres contenants, sacs à vrac, sac à pain et d’utiliser du verre consigné ou mieux encore de ne pas utiliser de sac pour 3 carottes.

Ecouter la nature

Suivez les saisons. Il est aussi nécessaire de prendre conscience que la nature ne peut nous permettre de tout avoir tout le temps. Les tomates, les aubergines, les poivrons, les courgettes, etc. ne poussent pas en hiver en Belgique. Ils sont issus soit de serres chauffées à l’énergie fossile soit viennent de loin, probablement transportés en avion. Une pollution inutile étant donné que les producteurs belges produisent des légumes de saison. Le ZD n’est donc pas seulement une question d’emballage mais de comprendre d’où vient le produit, quelles ressources ont été nécessaires pour le fabriquer, le transporter et l’amener jusqu’à nous et comment il finira sa vie.  

Gagner du temps et de l'argent 

Le ZD, c’est aussi se passer du superflu. Remplacer une boîte de coton tige par un oriculi, ça fait gagner de la place et du temps. Alors imaginez cela dans toutes les pièces de votre habitation. Au début, cela peut prendre du temps de trier, ranger, vérifier chaque tiroir, mettre en place des alternatives réutilisables, de désencombrer son environnement et son esprit. Mais le temps est mille fois récupéré après un peu d’expérience. Mieux manger et payer moins, c’est aussi une des bonnes nouvelles du ZD. Les aliments les plus transformés sont toujours les plus emballés et les plus chers. Le vrac coûte en moyenne 15% moins cher que les produits conditionnés.

Pour vous donner un exemple concret, les copeaux de noix de coco dans une célèbre marque belge de supermarché coûte 30,53€/kg. Chez Georgette, vous en trouverez à 10,95€/kg, soit près de 3x moins cher ! 

Chez Georgette

Vous pouvez nous ramener des bocaux non consignés et soigneusement lavés à qui on donnera une nouvelle vie pour y mettre les olives en vrac par exemple. Nous récupérons aussi les boîtes à œufs. N’hésitez pas à amener vos contenants pour le vrac, les fruits et légumes, le pain, le thé, le fromage et la charcuterie. Nous vendons beaucoup de produits en vrac ou consignés, l'idéal pour débuter dans le zéro déchet. 

Le Do It Yourself (DIY)

Le DIY ou “faire soi-même” n’est en aucun cas obligatoire dans une démarche ZD et peut même faire peur. Si vous n’avez ni le temps ni l’envie de créer vos produits cosmétiques, vos produits d’entretien ou vos préparations de gâteaux vous-mêmes, pas de problème. La plupart des magasins ZD proposent aussi ces produits en vrac ! La seule chose à faire, c’est de ne pas oublier votre contenant. Et si cela arrive, il y en aura sur place.

Prenez votre temps

Analysez votre poubelle pour comprendre d’où viennent vos déchets et comment les éradiquer. Les changements d’habitude ne se font pas en un jour. Il faut plusieurs mois, voire plusieurs années pour y arriver. Le siteweb de Bruxelles Environnement déborde de conseils pour vous améliorer. Et n’oubliez pas Personne n’est parfait et personne ne vous demande de l’être. Si vous ne pouvez pas vous passer de votre lait d’avoine préféré, ne le faites pas !

Auteure de l'article: Camille


  • Sign in